• Le flux RSS de Jam's Brain
/ Olivier / 28.06.2012 /

image-1

Google sort donc un projet révolutionnaire avec les fameuses “super lunettes” les Google Glass ( caméra intégrée, wi Fi, réalité augmentée…) avec l’ambition selon la phrase de son PDG, Serguey Bin de faire de la réalité une science fiction…
Le show pour presenter ces lunettes etaient parait il assez extarordianire pour l’occasion. Un écran géant affichait des vidéos diffusées en live dans une bulle Google+. Les vidéos affichées étaient celles de parachutistes filmant depuis un avion avec chacun une paire de Google Glass. L’équipe s’est alors lancée de l’avion et a atterri sur le toit du centre de convention de San Francisco avant de remettre un colis à un groupe de cyclistes qui ont remis à leur tour le paquet à deux personnes qui ont descendu le flanc du bâtiment en rappel. Deux autres cyclistes ont pris le relais avant d’arriver sur scène, façon hollywoodienne, pour remettre le colis à Sergey Brin……waouhhhh!
Face à ce phénomène, nous avons quand même 2 reflexions à souligner
La première est celle de la volonté pour les americains de toujours etre trascendant par rapport à leur réalité …..souvenez vous, une fois encore, le film précurseur Truman Show, ou encore Xfiles etc…
Chacun selon sa volonté de Dineyland à la planête des singes, le succes de ses series a répétition est le reflet d’un réalité “émargée”
La reflexion qui revient tres souvent lorsqu’on revient pour la première fois des Etats Unis: ” ce sont de grands enfants”, …” ils sont deconnectés de la réalité”, cette realité que les Etats Unis ont toujours refusé d’accepter et la maquillent ou la modifie pour essayer de l’eviter.
Les Etats unis ont un atout majeur, leur résiliance grâce à leur peuple, dont le pacte patriotique demeure le point central de leur réussite tant que celui ci demeure….
Lire la suite…

/ Olivier / 19.06.2012 /

Point de Vue

Pas de pareil que les anglo-saxons pour trouver les formules adequats
Prenez le cas de la formule Henry : high earner but not rich yet ( gros revenu mais pas encore riche)
Autrement dit, la frange des super consommateurs qui representent plus de 25 millions de personnes aux Etats Unis, 600 000 en France et dont le revenu se situe entre 100 et 250 000 euros ou dollars.
Les études montrent que ce sont des bons consommateurs en tous les cas, supérieurs et de loin par rapport à la moyenne, ils ont entre 35 et 55 ans et sont donc pour l’economie un moteur.
Toute la crainte actuelle serait de casser leur optimisme et donc par voie de consequence leurs actes d’achat.
Une autre idée est que ces “Henry” ont pour but de devenir des “Verip” ( Very rich personn) au moins dans l’idée, et donc si les perspectives fiscales ou de rêve disparaissent, alors leur ambition matérielle disparait et donc par voie de conséquence, leur besoin de consommation diminuera la aussi.
C’est donc bien compliqué de concilier le but d’une société équitable avec les ambitions personnelles qui deviennent de plus en plus individualistes. “Henry” est il d’accord avec ce point ?

/ Olivier / 7.06.2012 /

Avec quelle énergie et quelle force, ce membre de l’Aube Dorée a frappé une femme sur un plateau télé à plusieurs reprises

regardez plutôt sur le lien de 20 minutes

http://www.20minutes.fr/monde/948597-grece-membre-aube-doree-frappe-deputee-communiste-plateau-tele

La Grêce accumule les “déconvenances” et est à l’aube d’un grand cataclysme si elle refuse les elections en faveur de l’austérité plutôt que d’une sortie de l’Europe du 16 juin prochain
L’Aube dorée, nom de communication et marketing poétique, pour désigner un parti néonazi a montré s’il fallait son vrai visage au travers de son intervenant.
Que nous reserve encore la Grêce et surtout est elle un prélude de ce qui pourrait advenir en Europe avec l’ensemble des extremismes si on ne trouvait pas de solutions politiques fortes à court terme. Le financier Soros pense que la période ne pourra pas dépasser les 3 mois…..en tous les cas, la rentrée doit se préparer ardemment pour la protection non plus de notre protefeuille mais des valeurs communes du savoir vivre.

/ Olivier / 23.05.2012 /

Point de vue

L’introduction de Facebook renforce les convictions que nous sommes bien dans une vraie révolution industrielle dite du numérique et d’un autre coté révèle une incompréhension du phénomène web 2 voir web 3, 4 etc….

une vraie révolution industrielle, parce que Facebook dépassera bien sur les 50 $ à un moment donné et que finalement, cette introduction ne sera en définitif, qu’un épiphénomène, mais,  elle révèle aussi que dans cette révolution, on peut faire monter les enchères à partir de n’importe quel paradigme.

Si la banque Morganne Stanley n’avait pas fait autant d’erreur à son introduction et avait choisi un moment un peu différent pour l’introduction, le titre aurait atteint allégrement les 50 $……

une incompréhension ?

Avec tout ce que nous voyons comme animation dite web 2, de stratégie un peu courtermiste de la plupart des acteurs, des explications qui ont été donnés pour l’introduction de Facebook notamment, on est en droit de se dire que les intervenants sont de vrais “Bourgeois Gentilhomme”.

Ils n’entendent que la musique mais ne connaissent ni ne semblent comprendre la partition.

Et pourtant, Facebook ruisselle d’un avenir radieux si tant est que les équipes et leur créativité restent en eveil, et que le recrutement des membres se poursuit.

Pourquoi ?

parce que Facebook fait partie intégrante de l’utilisation des nouvelles générations

parce que Facebook a un modèle plus marketable que Google et donc forcement sera plus à même de dégager des revenus “plus normaux”

parce que Facebook est simple, jeune et in ……

parce que la communauté de developpeur n’est pas encore totalement Facebook mais le reste oui, d’où le potentiel

parce que Facebook n’a pas utilisé toutes les ficelles marketing vu l’explosion de sa croissance des membres et donc devra trouver un modèle pour les “je suis inscrit depuis longetemps mais je ne me sers plus de Facebook”

parce que les pinterest ou autres devront faire avec Facebook

parce que Facebook avec ses 820 millions de membres ne pourra pas rester statique et donc ua un effet “to big to fail “

/ Olivier / 21.05.2012 /

image-1

Irvin Yalom, psychotérapeuthe réputé des états unis , est aussi un auteur de talent avec les livres déjà référencés “et Nietsche a pleuré” , “mensonge sur le divan “, “le bourreau de l’amour”…

Cette fois, il signe un roman historique de grande envolée avec le “Problème Spinoza”

Il est d’ailleurs assez troublant que les romans historiques soient à ce point légion ces derniers temps, comme si on voulait transcender notre époque, qui apparait somme toute,  tellement banale peut être avant le “grand saut”.

En effet, notre époque regorge d’économistes improvisés, toutes ou presque les discussions tournent autour du même mot,  le mot “argent” sous tous ses formes, qui est donc devenu le potentat de nos pensées et de nos actions.

C’est donc aussi là peu dire que notre époque a besoin de ressorts nouveaux. Une époque, nous le répétons,  qui n’est qu’un entre deux.

A travers elle, ceux qui se laissent aller passifs contre ceux qui naviguent entre la 3eme révolution industrielle dite du numérique et une “liberté” où toutes les définitions sont à reprendre .

Dans ce merveilleux roman historique, Irvin Yalom trouve un lien étroit entre le Nazi, voleur de pièce d’art, Alfred Rosenberg et Bento Spinoza.

Le premier, dans sa jeunesse a reçu la honte de son ignorance à cause du second  dont il ne se remettra pas. C’est vrai le foyer de pensée antisémite de l’etudiant etait déjà bien fécond au bord de la rupture selon Yalom.

Portrait en forme de chassé croisé, où finalement, les 2 personnages si différents, pour Rosenberg, la monstruosité due à une enfance malheureuse et un mal être dont le point culminant est le refus de son intégration dans l’armée allemande, selon l’auteur

le second tout en bonté recherchant vaille que vaille sa vérité mais si la fin du roman historique, l’amène à de la mélancolie.

On regrette peut être la simplicité des concepts de Spinoza, mais on suit Irvin Yalom, dans sa quête psychanalitique de ce que la nuance chez des hommes en font des monstres ou des philosophes…….peut être une question d’éducation ici encore

/ Olivier / 30.04.2012 /

POINT DE VUE

Les echos de la semaine passée titrait avec emphase ” La France: les raisons d’y croire ”

Or, Croire en économie comme en religion ne sert à rien si ce n’est le fait de se contenter de ……..

On croit et ensuite quoi ?

La pensée, la culture, l’environnement mais aussi les moyens mis en place entrainent non pas une croyance, mais une potentialité de faire evoluer sa croyance …….autrement dit, pour faire simple croire est statique alors que tout, et surtout l’économie ( mais pas seulement loin de là ) aurait besoin de dynamique .

Un pays ( La France) qui a la chance de recevoir plus de touristes qu’il ne comporte d’habitants ne devrait pas être en crise économique par exemple. A moins que là aussi, on raisonne en statistique, et en statique, et que petit à petit les choses s’etiolent au fur et à meusre du temps .

Sur ce blog, le thème des touristes est un thème recurrent car nous  “croyons” que ce  potentiel économique ( spécifiquement) est largement en sous capacité ( par exemple)

Il y aurait donc danger a ce que la crise mondiale fragilise ce potentiel, moins d’américains, d’anglais , de scandinaves, beaucoup plus en realité que la crise de la dette que nous traversons et pour une raison simple …….La France est un pays où les PME et les TPME constituent le tissu economique du pays en interne, alors que les garndes entreprises nous representent dans le reste du monde ( localement aiussi mais pour une part souvent inférieure à 10%de leur CA), et donc moins de touristes entraineraient des conséquences économiques majeures.

On peut donc ne pas y croire mais faire en sorte de ………

Pour cela, il faut chercher les ressorts culturels et constitutifs profonds de la nation et dans un second temps mettre en place opérationnellement les mises en ouvrage

Là aussi cela s’appelle de la coordination, dur quand tout le monde s’écoute parler et donc croit bien volontier à ce qu’il dit ……..alors qu’il faudrait faire le contraire.

/ Olivier / 18.04.2012 /

image-21

Le livre Boomerang de Michael Lewis presente donc la vieille Europe sous ses aspects les plus noirs et les menaces sur ce continent sont, d’après l’auteur, une lente dépression économique .

L’Europe selon l’auteur est vouée selon l’expression de la traduction française à devenir le nouveau tiers monde.

Laissons de côté cet aspect marketing du livre pour se pencher plus sur le plan culturel.

En effet, l’auteur analyse tour à tour l’Islande, la Grêce, l’Irlande et l’Allemagne pour expliquer que c’est la culture de ces pays (et peut être d’autres demain)  qui a poussé les gouvernants et les intermediaires financiers à amplifier la crise de 2008 et de ” l’améliorer” en 2011

Les mots de ce journaliste écrivain sont forts ! on peut être surpris voire choqués de sa description des islandais et surtout des allemands, mais l’auteur est un pro de la finance et ses descriptions semblent authentiques …….d’où notre mal à l’aise face à la description du mal être des européens qu’il décrit

Alors Clichés ou Vérités ?  Michael Lewis a plus de 15 livres a son actif et semble être reconnu comme ecrivain du moins aux Etats Unis

Si ces pays ressemblent à leur “ramage”, il y a de quoi en avoir froid au dos .

Incrédulité, naïveté, mais aussi grossierté, agressivité, scatologie et donc finalement d’eschatologie……..si c’est ça, alors oui l’Europe est  déjà dans le tiers monde!

/ Olivier / 10.04.2012 /

image-2

Quels sont les points communs et les différences entre les 2 films Bridget Jones et Young Adult ?

2 films de femmes qui marquent l’esprit, un jeu d’actrices  exceptionnel, 2 actrices peut être au sommet  de leur art, des films centrés à 90 % sur les 2 actrices principales a savoir , Renée Zellweger et  Charlize Theron, la recherche d’une autre vie pour des trentenaires en quête de….., l’écriture comme ancêtre des blogs…… Et pourtant en moins de 10 ans une différence de taille, on est passé de la joie et de l’optimisme de Bridget à la dépression profonde, convulsive avec Charlize.

Le film a beaucoup de ressemblances sur la forme mais les répercussions de fond sont vraiment différentes. L’une finira comme la Belle au bois dormant, tandis que la seconde ( avec un jeu d’actrice incroyable, je le repête! ) se met à nu dans une chaos jusqu’au plus profond des abimes. un chaos englobant la chute des valeurs de la famille, de soi, de la collectivité

Les films, comme nous l’avons souvent noté sur Jam’s Brain, sont souvent révélateurs ou précurseurs des joies ou des malheurs d’une société civile.

et comment donc apprendre à vire ensemble, si déjà pour soi, c’est une détresse, voire un naufrage ?

Les grandes villes font des dégâts surtout pour des posts adolescents, comme tente de le démontrer le film Young Adult. Sa propre quête d’identité est alors abandonnée pour aller vers un n’importe quoi où les barrières mentales, psychologiques, sociales n’existent plus ou se camouflent dans un cocktail de valeurs amphetaminées.

Chacun traduit ce second film comme il le sent mais on passe indubitablement du rire aux pleurs, avec un goût de malaise en s’interrogeant d’abord sur soi et sur les “gens” qui nous entourent.

/ Olivier / 26.03.2012 /

POINT DE VUE

Preuve que le web va connaitre un creux dans la vague de la révolution du numérique, le manque d’enthousiasme actuel des différents posts des bloggeurs.

Où est donc passé l’elan des années 2007-2010 ?

Où est passée la créativité des inventions magiques ?

Fred Cavazza se demandait dans un post récent, si on n’avait pas tendance à faire du jeune avec du vieux  “si les interfaces et technologies évoluent, les usages fondamentaux sont les mêmes. “dit il dans l’un de ses articles en parlant de tous les services à la Pinterest.

L’effervescence se contient tant que la grande nouvelle ( je parle bien sur de l’introduction de Facebbok sur le marché financier) ne sera pas publiée opérationnellement.

On peut d’ors et dejà parier que quelques mois après son introduction, le web 2 connaitra un effet d’essouflement à moins que les acteurs se remettent dans le bain du souffle premier.

Car, le souci actuel provient des acteurs.

Lors de la première phase, les acteurs étaient des créateurs, des sortes de loustic géniaux, autrement dits des précurseurs. Tout le monde les scrutait mais personne ( ou très peu) les suivait.

En 24 mois, l’environnement a complètement changé, les nouveaux arrivants se comportent dorénavant comme les teneurs du marché.

Ils déambulent dans le web 2 en divulgant ( pas toujours mais un peu trop souvent qund même) des imprécisions ou des contre vérités.

Si bien que le nomade loustic du départ commence à se degager de système qui n’est pas le sien pour se mettre plus loin et donc se place sur le prochain système qui n’arrivera une fois qu’une vague d’essouflement aura eu lieu.

Elle n’est plus très loin malgré toutes les promesses du web 2. Toutes ces imprécisions et ce manque d’enthousiasme des affairistes l’y poussent.

Le collectif du web 2 n’est pas assez puissant ou disons le trop individualiste pour contre carrer les opportunistes de la dernière heure et plus nous avançons et plus le bataillons de ces derniers augmentent.

De plus, indubitablement, le politque dans son essence ne peut plus laisser le web totalement “libre”; certainement qu’après les elections américaines, des mesures seront prises. Le web devient une arme redoutable pour ceux qui ont l’intention de détruire et là aussi, des armées féroces activent le mal.

Cette affaire est à suivre sérieusement, et il faudra des gens de bonnes volonté, un peu altruiste pour donner une impulsion supplémentaire au web pour que la révolution continue.

/ Olivier / 13.03.2012 /

Concernant la Grêce, on aura donc effacé l’ardoise la plus importante de l’histoire économique; plus de 100 milliards d’euros et gageons que cette ardoise n’est pas finie. Pour beaucoup, l’histoire ne s’arrête pas là, et pourtant tout a l’air de repartir de plus belles, belles perspectives pour l’Allemagne qui annonce par l’intermediaires de ses entreprises des profits records, le moral des entrepreneurs est au beau fixe. Aux Etats Unis, l’economie va mieux et ce sont 2 pays pour qui l’economie est Reine et ce sont aussi 2 économies qui ont une influence certaines sur les pays voisins ( c’est le moins qu’on puisse dire en visionnant ce schéma que je trouve très juste)

image-2

Alors, le monde économique va t’il repartir de plus belles comme semble le signifier les marchès US et Allemands, demain la bourse de Shangaï ? ou est ce simplement un soubresaut orchestré par l’afflux de liquidité sur la marché.

Ma conviction demeure toujours identique, croissance sur les marchés porteurs ( c’est à dire ou l’économie roule) pour encore 4 à 6 ans