• Le flux RSS de Jam's Brain
/ Olivier / 18.11.2007 /

Raul Midon donne ses trucs

Cet artiste fait tout, joue du saxo avec sa bouche, des tam tams avec sa guitare, fait danser sa guitare comme personne.
Il sort un truc de son soul, vraiment
Un très grand artiste
En toute intimité avec humour et humilité
Raul Midon, on se sent tout petit

/ Olivier / 18.11.2007 /

Google se prépare à faire une offre sur les futures enchères dans le réseau sans fil .

Google semble vouloir partir en solo dans cette aventure contrairement à ce qui avait été annoncé ici et là.

La société rendra publique ses plans le 3 décembre lors de la date limite fixée par le gouvernement.

Cette vente aux enchères, prévue pour janvier, donne aux participants une occasion exceptionnelle de pouvoir créer un réseau national en un seul coup, ce qui peut créer un concurrent existant pour les fournisseurs de services mobiles tels AT & T (T) et Verizon Wireless.

Google serait prêt à engager “au moins $ 4,6 milliards à la procédure d’adjudication de l’appel d’offre à la condition essentielle de laisser la libre utilisation des réseaux et notamment ceux des téléphones.

Autrement dit , Google veut affaiblir les concurrents pour se creer une place de choix dès le départ

En résumé, Google veut gagner une place de choix dans le reseau sans fil et affaiblir du même coup ses concurrents ( comment gagner des années de mise en place !!!)

Tout Google qu’il est, il semble cependant difficile qu’il pourra aller tout seul, tant les défis de conception, de construction, puis l’exploitation d’un réseau sans fil ne sont pas minces.
Il s’agit d’une très gosse affaire INDUSTRIELLE ( un autre métier)

Aller en solo, c’est leur volonté mais nous parions plutôt sur une alliance, Avec qui alors ?

/ Olivier / 16.11.2007 /

Image 3.png

Hi Media se revendique comme la première régie publicitaire sur internet avec une capitalisation boursière de 230 millions d’euros, Outre son activité de régie, le groupe propose également des prestations de services marketing et de paiement électronique.

la société vient d’obtenir une ligne de crédit de 41,5 millions d’euros auprès de Calyon, Fortis, HSBC
Hi Média précise que cette ligne de crédit se décompose en une ligne de 14 millions d’euros, d’une durée de cinq ans, et une ligne de 27,5 millions d’euros, d’une durée de six ans.

Tout cela en vue de l’acquisition de Fotolog qui revendique 13 millions de membres et 350 Millions de e-photos ou albums.

Intégration Horizontale ou verticale?, 13 millions de membres, cela valoriserait le membre à environ 3,5 euros plus tout le contenu valorisable.



/ Olivier / 16.11.2007 /

Un peu de nostalgie ne fait pas de mal.Amis sur les routes embourbées voici une compil’ de dailymotion sur les pub avec lesquelles nous avons grandi :Bonjour

Epi d’or

Rue Gama

Banga

L’ami Ricoré

Oasis

Bolino

La carte Kiwi

Hollywood chewing gum

Belle des Champs !

/ Olivier / 15.11.2007 /

En avant première, les étapes du tour de France.

La qualité de la vidéo et le ludique sont largement améliorables, mais à mon âge, je ne m’étais pas rendu compte à quel point les étapes étaient longues et rudes.

Un peu de naïveté sans doute, mais réussir à finir le tour de France est en soi une belle prouesse et cette vidéo a au moins cette qualité, celle de nous faire ressentir les efforts à fournir, on a mal pour eux!

/ Olivier / 15.11.2007 /

Image 1.png


Quand la vodka se lit en double, et sur le net et sur le journal, ça donne une opération intéressante. Wodka, La vodka polonaise nous invite à partager la lecture d’un Monsieur aux allures de tueur en série, propre sur lui, mais en définitif pas joli joli.

Ca manque un peu de dynamique mais le site reste cependant ludique.

Chaque fois que vous cliquez sur une section vous avez le commentaire d’un mec à lunettes, assez sacarstique et qui  essaie de vous donner des frissons de peur.

Dans son monologue, M. Wodka a la particularité de modifier les V par des W, la vie en double, c’est mieux, mais attention aux abus dangereux..n’est ce pas M Jet de nickel?

/ Olivier / 14.11.2007 /

Cb news nous assène d’un double jap suivi d’un crochet, mais nous conforte dans nos idées.
D’abord dans son édition d’hier, Maurice Levy, président de Publicis, déclarait dans les colonnes du site qu’il craignait une seconde bulle internet, si le secteur de la communication continuait à surévaluer le BUSINESS ONLINE.Ensuite, les résultats de l’étude annuelle d’ Australie et Ipsos dont les détails sont donnés ci après:Nous sommes convaincus qu’il va y avoir un trou d’air mais rien de comparable à ce qui s’est passé en 2001.

Pourquoi ?

Parce que cette fois, les fondations sont solides et que l’internet fait partie intégrante d’utilisation quotidienne de la nouvelle génération.

Les Facebook, Dailymotion, myspace, et autres confrères font partie des utlisations quotidiennes des jeunes, plus que l’allumage de la télé.

Il demeure que le web est en pleine gestation, ultramouvant, dynamique, perfectible.

Beaucoup d’initiateurs s’improvisent et pensent qu’ils peuvent faire de la com’web 2.0 à bon prix et sans préparation.

C’est un long, très long processus qui regroupe de la stratégie, de la création, des développements, de l’interactivité, de l’interpénétration métier, du suivi , beaucoup de suivi…..

Article de CBNEWS

L’édition 2007 met en relief le décrochage entre les Français et la publicité. En effet, alors qu’ils déclarent apprécier de plus en plus les marques auxquelles ils accordent une note de 6,2/10 (vs 6 en 2006), qu’ils les considèrent “innovantes” (73 %), “donnant envie”, (71 %), “procurant du plaisir à acheter” (67 %) ou encore “de plus en plus attractive” (46 %), la perception de leur publicité se dégrade.

Les Français jugent la publicité “envahissante” (79 %), “banale” (65 %), “agressive” (58 %) et même “dangereuse” (51 %).

Dans le même temps, ils la jugent “moins utile” (57 %), “moins distrayante” (52 %) et “moins convaincante” (51 %).

Seul bon point, elle est de plus en plus perçue comme informative.

Conséquence, le public s’éloigne de la publicité dont l’intérêt est jugé globalement déclinant et le nombre de publiphobes continue d’augmenter pour atteindre les 30 % de la population.

Nouvel enseignement de l’étude, la perception de la pub est modifiée par la pratique d’Internet.

En effet, c’est auprès des internautes les plus assidus que l’on observe la plus forte radicalisation avec 23 % de publiphiles (vs 17 % dans le grand public) et 35 % de publiphobes (vs 30 %).

Cette population virulente envers la publicité en ligne est également la plus dûre envers la publicité TV à laquelle elle attribue une note de 3,9/10.

L’étude montre que les formats de la publicité on line sont diversement appréciés.

Passé la communication via les films viraux diffusés sur les sites de partage vidéo ou de films (5,8/10), aucun autre format ne dépasse la moyenne: les sites événementiels reçoivent un 4,6/10, les jeux gratuits de divertissement (sans lots à gagner) sont à 4,2/10, les bannières animées à 3,7/10 (les classiques à 3,3/10), les sites d’univers virtuels n’obtiennent que 3,1/10. Le bonnet d’âne revenant aux pop up avec 0,6/10.

/ Olivier / 13.11.2007 /

Après la polémique autour de sa dernière campagne virale, Orangina sort une campagne basée sur la planête séduction et le djeuns façon BD
Un ours façon Travolta voulant séduire Une biche façon Olivia dans un monde plein d’orangina, c’est mignon tout plein, doux avec ça, version Dailymotion édulcorée, artistique

Maintenant si vous allez sur Youtube, les choses se corsent et l’ambiance est à la limite du porno, et du lap danse, version BD, avec un imaginaire pas très joli joli sur toutes ces bouteilles qui explosent
A vous de voir

/ Olivier / 13.11.2007 /

Image 2.png

A la suite de mon article d’hier, relatant un fait biblique comme métaphore possible des réseaux sociaux, une de mes amies m’a posté cet article pris sur le blog hdjcybsup.blogspot.com. Pas mal et bien imagé

AU COMMENCEMENT

Le monde de CYBSUP. Le réseau, son chef, ses membres

Le réseau est une cyber-dictature se constituant d’un chef, cyber-suprême, dit « CYBSUP » et de son peuple, formé lui d’une multitude de membres (êtres humains virtuels en somme), liés entre eux par une force unique, leur guide spirituel.
Les fidèles sont donc condamnés pour exister à transiter par leur maître de cérémonie.

Le réseau s’impose et se maintient donc bel et bien par la force du pouvoir absolu d’une seule et même personne, moi CYBSUP.
Une politique contre laquelle on ne peut ni s’élever, ni lutter.
Pour la combattre, il faut la fuir.

Le réseau est un support virtuel, une cyber-machine infernale au sein duquel évoluent quotidiennement les partages d’idées, les échanges idéologiques et les confrontations de point de vue.
La dictature retrouve sa démocratie dans sa philosophie, à savoir non pas combattre mais débattre dans la joie et la bonne humeur, et le respect du serveur.

Le peuple se compose de membres actifs et réactifs, alimentant par leurs interventions le système en fonction des thèmes et débats proposés par CYBSUP.
L’objectif premier de l’esprit du réseau, n’est pas d’analyser les sujets abordés avec profondeur et sévérité, mais d’y trouver des réponses déviant le degré premier des questions soulevées.
Un peu de légèreté n’ayant jamais tué qui que ce soit ma foi, l’important étant de respecter l’idéologie du Baron de Coubertin.

La dictature est ouverte à toutes critiques et commentaires provenant des membres, cependant le premier degré d’humour étant accessible au dernier des demeurés, il se transforme en attaque personnelle ou lourdeur humaine s’il n’évolue pas vers ses niveaux supérieurs.

Il arrive parfois que les propos de certains basculent et dérapent sur le terrain glissant de la notion de respect et de tolérance, à rétablir en cas de litige, et ce, parce que la limite qui sépare le premier degré du deuxième est infime.

Seule la suspension ou l’exclusion définitive d’un membre récalcitrant, permet à l’équipage de reprendre sa vitesse de croisière.

Le passage très étroit du premier degré vers le 2ème est un subtil exercice qui nécessite beaucoup d’adresse et d’équilibre, c’est pourquoi il est important de veiller à la plus grande vigilance de chacun pour ne pas sombrer la médiocrité et la pauvreté spirituelle.

Il arrive aussi parfois que certains éléments galeux du réseau jugent inutile de participer au excitant forum de la semaine, sans doute par conviction d’immortalité.
Les membres inactifs se considérant manifestement (à tort) à l’abri du danger, sont régulièrement invités en cas de constat gastéropodologique, à quitter le navire. En d’autres termes, ils se retrouvent balancés par-dessus bord et dirigés au gré du vent vers le large sans la moindre idée des 4 points cardinaux.

Bonne brasse… coulée.

Pour argumenter cette philosophie, voici une théorie intéressante qui donne à réfléchir :

« Un Troupeau de buffles ne peut pas se déplacer plus vite que le buffle le plus lent. Et quand le troupeau est pourchassé par un prédateur, ce sont les buffles les plus faibles qui restent à l’arrière et qui meurent les premiers.
Cette règle de sélection naturelle est une bonne chose pour le troupeau dans son ensemble, puisque la vitesse générale et la santé du groupe augmentent avec la disparition régulière de ses membres les plus faibles ».

L’énergie du réseau contribue à l’épanouissement personnel et le bien-être quotidien de chacun des soumis.
L’activité permanente du réseau est régulièrement ponctuée par les humeurs du jour, dites « HDJ » de son chef, moi, CYBSUP.

Il n’y a qu’une place sur le trône, qu’on s’le dise.

Mieux vaut régner en enfer que servir au paradis, alors qu’on me haïsse, pourvu qu’on me craigne.

CYBSUP

Shared with Flock – The Social Web Browser
http://flock.com

/ Olivier / 13.11.2007 /

Il est déjà loin ce temps de juillet 2005, où Dailymotion était juste une maquette technique de partage de vidéo.
Bravo à tous ceux qui y ont cru et qui ont poussé l’expérience pour en faire une entreprise, Jean Daniel bien sur, Didier la fronde, l’initiateur, Denis poussé par une partie de son équipe.

Une histoire d’hommes pas si sur, une histoire d’au moins 2 hommes Olivier et Benjamin, une success story à la française même si les capitaux investisseurs du départ ne l’étaient pas au premier tour de table.
Bravo, continuez doublement !!