• Le flux RSS de Jam's Brain
/ Olivier / 21.12.2007 /

Image 1.png

Nos stagiaires nous surprennent et nous enrichissent à chacun de leurs travaux. Jeanne, notre dernière stagiare amène de la féminité et des trouvailles hors du commun.

Nous les briefons de manière très précises parce que nous savons qu’un oeil extérieur complète souvent nos problématiques, et nous ne sommes jamais aussi bons que lorsqu’on nous pousse dans les cordes.

Alors au détour de recherche sur un sujet classé “secret défense Jam’s brain”, Jeanne nous apporte street clash. Street clash est un blog qui se veut être une compétition internationale de style entre les photographes et les bloggers autour du monde, avec des concours et des votes à la clé.

Qui sera la ville la plus à la mode cette année ?


/ Olivier / 19.12.2007 /

Nos deux amis Presse citron ( qui est une de nos références dans les blogs WEB 2) et wowodesign nous annoncent que Zlio ( 215 000 boutiques) est dans la course pour recevoir les Open web Awards (concours des meilleures Start-ups).

Nous en sommes très heureux et cela pour diverses raisons

1° Nous aimons beaucoup la personnalité de Jérémie Berrebi qui est un expert des problématques web 2

2° Nous avions anticipé la réussite de Zlio, notamment notre article du 20 Juin dernier,

3° Zlio concourt dans la catégorie Social shopping et est la seule entreprise française à se retrouver en finale, en compagnie de deux concurrentes.

4° Je reviens des Etats unis et j’ai passé 4 jours à expliquer l’interêt de ce modèle pour lequel nous avons une forte conviction Yohan et moi même depuis 4 ans maintenant.

( Les américains sont d’ailleurs loin des problématiques que nous nous posons et pourtant c’est eux qui arrivent à pousser les Business . A ce propos, je rejoins totalement l’excellent article de Ouriel Ohayon sur l’opportunité de joint ventures possibles entre les entreprises israeliennes et françaises. )

Autant de raisons qui nous poussent à aller voter pour Zlio

Bonne chance

/ Olivier / 17.12.2007 /

Please don’t go sauf que avec sa manière de le dire, on a tout de suite envie de se barrer, James Brown en barré, autodérision, la force des grands.

/ Olivier / 14.12.2007 /

Collaboratif, ringard , sympa, c’est Noël bientôt, on peut tout se permettre!!

/ Olivier / 14.12.2007 /

Autre article de “Laïe” qui décidèment va devenir une vraie pigiste de Jam’s brain:

“Raul Paz, brun sympathique echevelé, a enflammé hier soir la scène de l’elysée montmartre, cloturant ainsi 1 an de tournée mondiale.

Une chaleur latine, un sens du rythme inné, et une sensibilité à fleur de peau font de ce jeune chanteur une étoile montante de la scène francophone.

Le concert a commencé selon un tempo latino bercé de mélodies chaloupées puis, la salle a été emportée par une succession de chansons entrainantes et d’une absolue gaieté. Le mot d’ordre : Félicidad

Entouré d’une kyrielle d’excellents musiciens plus jeunes les uns que les autres, Paz, d’une extreme agitation sympathique, défie les lois de la scène : improvisation à tout va, danses sensuelles et courses effrénées sur les planches…un vrai spectacle orchestré par un artiste vrai

Merci Raul

/ Olivier / 12.12.2007 /

Image 15.png

Moment historique:Arrêt sur image, pour la première fois depuis 56 ans, une ligne ferroviaire Coréenne régulière a repris entre les deux frêres ennemis ( politiques) toujours théoriquement en guerre. Les deux pays, qui n’ont toujours pas signé de  traité de paix à la fin à la guerre de Corée (1950-53), ont donc repris mardi une liaison ferroviaire régulière réservée pour l’heure au trafic des marchandises.

Un symbole fort de leur rapprochement, deux mois après la tenue d’un sommet intercoréen à Pyongyang.

/ Olivier / 12.12.2007 /

Artistique et absolument ciblé, l’iphone déchaine 6 mois après sa sortie US encore toutes les passions, alors si les artistes s’en mèlent, c’est que vraiment tout le monde est fou d’apple. La vidéo ci dessus agilité des doigts et adresse de la construction, qui aurait cru que l’iphone viendrait marcher sur les plate-bandes du Rubik’s cub

/ Olivier / 12.12.2007 /



sur la vidéo, un manager nervous break down

Mauvaise nouvelle pour les managers français, selon le cabinet BPI et BPA, moins d’un salarié sur deux trouve un quelconque talent à son supérieur hierarchique.

L’un plus mauvais scores parmi 10 pays les plus développés et sur un échantillon de 5500 salariés

Panique, Panique, là. Quoi toutes ces écoles, ces diplomes, ces prises au sérieux, ces réunions qui commencent à 19h pour faire mieux, c’est du bidon ?

ou bien en regardant de l’autre côté, le salarié français est il si grincheux qu’il trouve tout mal, même le bien que l’on fait pour lui ?

Voyons les raisons évoquées:

Mous et incompétents, pas moins que ça,

Pas d’objectifs annuels précis, ( à traduire par pas d’objectifs clairs et suivis précisèment)

Un français sur 2 reconnait ne pas suivre les directives de son supérieur hierarchique ( cause toujours tu m’interesses et de toutes les manières, tu oublieras avant moi)

En France, l’autorité est assimilé à de l’autoritarisme alors qu’aux états unis cela ressemble plus à une affirmation du leadership.

Moins d’un manager sur 2 est prêt à faire progresser ses équipes ( égo surdimensionné, egoïsme, individualisme ?)

Plus l’age avance, plus ces constats sont marqués ( les grognements entrainent les grognements, c’est pourtant simple!)

Les dirigeants du privé ne sont pas mieux perçus que ceux du public ( La France vit elle encore à l’age des castes et des systèmes féodaux?)

En revanche, belle performance pour les filiales à l’étranger ( On lache tout loin de ses bases )

En somme, le mal n’est pas nouveau, et à mon avis les travers sont partagés; d’un côté et c’est vrai le salarié est très gaté et il profite allègrement des situations, mais de l’autre, le système est inefficace; les messages et le management des dirigeants sont inadaptés;

combien de baillements, de soupirs, de regards qui en disent longs entre collègues dans les réunions; d’ailleurs si vous savez écouter la respiration des personnes ( qui elles ne mentent pas) , vous comprendriez toutes les velleités et les ras bols de chacun.

Il n’empêche comme je l’ai entendu à maintes reprises ” je ne vais pas faire attention à tout le monde” , c’est vrai mais en même temps tellement faux, on ne peut suivre une route sans le consentement à priori de toutes les parties.

Faire attention aux autres, les faire réellement participer, sa casser en deux pour amener du plus, croire à ce qu’on fait, transmettre la passion et le bonheur du travail bien fait…..

Au pays de Candy, c’est ça…..

/ Olivier / 11.12.2007 /

Image 6.png

Star en mal d’image, star en perte de vitesse, pas de panique, le web 2 peut vous aider à rebondir même dans le n’importe quoi, qui comme tout le monde  sait selon la formule de Rémi Gaillard ” c’est en faisant n’importe quoi, qu’on devient n’importe qui”.

L’histoire est la suivante, Mary Carey vend ses prothèses de seins sur e-bay et vous savez quoi ça marche puisque les enchères atteignent plus de 15 000 $.

Ces enchères fonctionnent et pour un cadeau de Noël, c’en est un. Merveilleux que l’imaginaire puisse atteindre de telles proportions alors on comprend mieux que dans certains jeux vidéos, certains accessoires permettant de “sauter des étapes” vers la réussite se vendent à plusieurs centaines de $!!!

Une abérration oui et plus encore une perte identitaire, oui certainement, n’empêche c’est marrant et totalement fou. (on reste positif à cause des fêtes sinon on en pleurerait).

Image 13.png

/ Olivier / 11.12.2007 /

Cet article a été composé par une de nos lectrices assidues Laïe, que nous remercions vivement

“Les prises de position et l’influence qu’exercent les femmes de nos jours dans tous les secteurs d’activités ne sont plus à démentir.

Les femmes se regroupent, se fedèrent et defendent de nombreuses causes. Pour cela, elles développent et tissent leur toile : le réseau.

Preuve en est : le Cew, Cosmetic Executive Women, réseau de femmes influentes du secteur de la cosmétique, présidée Par Francoise Montenay, ex-directrice Chanel.

L’association a deux missions principales : d’une part, étoffer le débat professionnel en proposant conférences et colloques, mais également séjours professionels autour de grandes thématiques liées à l’industrie et d’autre part, soutenir et développer une association à but humanitaire : les Centres de Beauté France, qui aident et soutiennent des femmes malades, en milieu hospitalier.

Quand professionnalisme se conjugue avec réseau et éthique, tout y est…”