• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Benoit / 8.06.2007 / 1,541 Views /

Investissements publicitaires : les trois principaux médias dans le rouge en mai

Après un début de deuxième trimestre déjà morose, la conjoncture publicitaire des trois principaux médias ne s’est pas arrangé au mois de mai, au contraire. Selon les chiffres fournis par TNS MI, les indicateurs de valeur et de volume de la presse, de la radio et de la télévision sont tous dans le rouge ce mois-ci affichant un nouveau repli par rapport à la même période l’an dernier. La presse quotidienne nationale est le média le plus affecté par ce désengagement avec une chute de 15,5% de ses recettes pub et de 19,1% de ses insertions. Même conséquente, la baisse est moins marquée en presse magazine (-4,2% en valeur, -5,9% en volume). En radio, les musicales ne redressent toujours pas la barre avec un repli de 13,5% de leur espace publicitaire et de 14,4% de leurs revenus. Du côté des généralistes, si les volumes (-15,2%) et les investissements (-2,6%) diminuent, celles-ci parviennent cependant à maintenir le niveau de leur chiffre d’affaires brut sur le cumul à date (+0,7% sur la période janvier-mai 2007 vs janvier-mai 2006). Enfin, malgré l’effet “distribution” en télévision, la petite lucarne voit également baisser ses recettes (-7,8% en mai et -0,2% sur les cinq premiers mois) ainsi que sa durée publicitaire (-2,6% ce mois-ci et -0,7% sur le cumul à date). Outre l’atonie du marché, deux phénomènes conjoncturels peuvent expliquer en partie cette situation morose : la configuration des jours fériés, propices aux ponts, ainsi que la fin de l’élection présidentielle, qui ont tendance à freiner les annonceurs.

 

Investissements publicitaires : Internet dans le vert.

 

L’IAB annonce que le cap des 5 milliards de dollars de chiffres d’affaires aux USA pour la publicité Internet a été approché pour le T1 2007 avec 4.9 milliards (+26% par rapport à l’an dernier).

Un cap symbolique après celui du milliard mensuel en Novembre 2005.

 

Avec cette taille, le marché européen (10,8 milliards de dollars) n’est pas encore aussi gros que le marché américain (16.9 milliards de dollars). Il faut donc encore donner un peu de temps à la prédiction de Yahoo sur un internet “non-US centric” pour que ‘elle se réalise dans le domaine du “nerf de la guerre”: l’argent issu de la publicité!

 

Conclusion : si vous faites des études dans le marketing ou la pub, dirigez vous plutôt vers des secteurs porteurs comme les agences interactives…

Pas de commentaires
RSS des commentaires