• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Benoit / 8.06.2007 / 1,529 Views /

Le business angel ne possède ni ailes ni auréole. En fait, l’expression est issue du monde du théâtre. A Broadway, ces “anges” étaient de riches hommes d’affaires qui prenaient de gros risques pour produire des shows. Aujourd’hui, un bsiness angel est un particulier qui investit personnellement ou indirectement dans les petites ou moyennes entreprises, dès le début de leur développement. Outre le capital, il apporte ses compétences et son expérience en matière de business plan et de création d’entreprise.

On reconnaît un business angel un profil type : c’est souvent un homme, entrepreneur ou ancien entrepreneur, d’un âge compris entre 40 et 70 ans, qui souhaite intervenir en priorité dans le secteur des hautes technologies, dès l’amorçage du projet. Le business angel aime également investir à côté de chez lui, il veut être près de son affaire, en tête à tête. La pluart invesissent dans un rayon de 100km. D’autre part, le business angel n’est pas un philanthrope. Il ne répand pas sa fortune pour faire le bonheur des PME mais pour faire fructifier son investissement. Il s’implique dans l’entreprise et dans le suivi du business plan.

Ainsi, aux Etats-Unis, ce modèle est complètement intégré à la dynamique des créations d’entreprises. Généralement tout part d’une rencontre. Un business angel repère un chercheur, un entrepreneur et tout démarre. Souvent, ce dernier à la volonté de créer une société ais il n’a pas l’argent et il ne sait pas comment démarrer une entreprie. Le business angel, lui, a tout ça : il sait monter un dossier, et rédiger un business plan ; et il peut aligner l’argent dont l’entrepreneur a besoin pour se mettre immédiatement au travail. Il existe cependant différents types de business angel “Parmi ces business angels, il y a des privés : c’est le modèle de la Silicon Valley. Mais il existe aussi une forme institutionnelle de Business angel. C’est par exemple ce que les Américains ont brillamment réussi à construire grâce au modèle du SBIR” (Gabriel Mergui) Le Small Business Innovation Research Program, créé en 82qui soutient l’innovation des PME/PMI. D’apès un rapport récent, le SBIR est le plus grand programme mondial de capital d’amorçage dans le domaine de l’innovation technologique.

Si les Etats-Unis sont depuis longtemps des champions dans ce domaine, tout comme Israël, le modèle du business angel a mis plus de temps à émerger en France, comme le souligne l’European Business Angel Network. Probablement à cause d’une différence de culture des deux côtés de l’Atlantique.

Synthèse de Technology Review

Pas de commentaires
RSS des commentaires