• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Olivier / 6.02.2008 / 1,645 Views /

America America, et selon la formule bien connue quand Wall Street eternue, l’europe entière s’enrhume.

Se dirige t’on oui ou non vers une recession ? Bah, en fait ce n’est pas aussi simple, il est vrai que l’indice ISM ( indice des directeurs d’achat dans les services ) d’hier n’est pas bon. Quand on sait que cet indice est facteur de 80% de l’activité aux états unis, on peut craindre le pire, surtout que celui ci est passé sous la barre des 50, le pire chiffre depuis 09/11

Autre facteur déterminant, la perte nette d’emploi en ce mois de Janvier pour la première fois depuis près de 5 ans.

Mon sentiment sur l’économie américaine: j’étais aux états unis en 2000 avant et après la bulle techno. J’ai vu ces webbers de la première phase être dépités au fur et à mesure du dégonflement de la bulle techno. L’amérique, C’est une économie aussi gonflée qu’elle peut perdre son air, et l’impact psychologique est très important.

Au fond, n’oublions pas que quelques états font 50 % de la richesse US ( Californie, etat de New York, Texas, Floride, Kentucky), et si la crainte de la recession est prouvée, l’effet de psychose est plus devastateur que tout.

On peut aussi craindre que les effets de subprime aboutissent à un durcissement des conditions de crédit ce qui pour les états unis est une catastrophe, “Touche pas à ma consommation”.

Pourtant, on peut dire que l’election américaine arrive au bon moment, et va donner un nouvel espace avec de nouvelles perspectives.

De plus, même si le président américain vient d’annoncer un budget aboutissant à un déficit public doublé, il est évident que l’ensemble des créanciers ne pourront supporter de voir l’amérique s’enfoncer dans une recession; d’abord parce que les créanciers qui detiennent les bons de créance américains soutiennent et vont encore soutenir l’économie américaine, ensuite parce que les repercussions sociales dans leur propre pays seraient désastreuses si l’Amerique flechissait, en particulier pour la chine, où souterrainement, se prépare un lourd conflit social indubitable.

Pourtant, je ne pense pas que l’heure soit arrivée, il s’agit bien en effet d’un souflle d’air mais la panique n’est pas pour demain, l’ultra conflit ( arrivant d’abord par un desastre économique) arrivera si on n’écoute pas aux portes, mais ce n’est pas pour ce coup ci.

L’économie mondiale comme on dit circule, les circuits roulent et les rapprochements d’entreprise ( donnant la formation de monopole et d’oligopole, très problématique) permettent de rebondir.

Il reste aussi une marge de manoeuvre sur la baisse des taux.

Demain, la création de 2 ou 3 grands groupes de Bancassurance aux Etats Unis comme en Europe, rapprochements techno, rapprochements industriels et surtout des matières premières permettront pour un temps de passer la grippe, mais si la recherche du profit à court terme perdure dans les faits et dans les actes, alors, là je ne parie plus.

 

1 Commentaire
  1. Pingback par by Jam’s Brain le

    […] semaine passée, on s’interrogeait sur les effets qu’aurait l’impact d’une crise durable sur la consommation américaine, Pour le moment, je reitère ma confiance puisque le système adosse directement les cartes de […]

RSS des commentaires