• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Olivier / 12.06.2008 / 3,748 Views /

Avec le décès de YSL, le luxe et la mode sont ils morts eux aussi, comme l’osent le dire certaines plumes mondaines ?, je ne le crois pas.
De nouveaux talents naissent, d’autres s’affirment comme Alber Elbaz, qui non content de ses collections, réinvente le toupet, l’expression, la scénogaphie, et même les papiers cadeau.
Ce mec est sympa, drôle, humble, discret, un mixte de Charlot et des mangeclous avec une pointe des valeureux, personnages d’Albert ( avec un T ) Cohen….
Mais le vrai, l’unique, celui qui n’a pas peur de mouiller sa chemise, à 69 ans, belle chevelure, regard puissant, c’est Tonton Albert ( encore), je parle bien sur d’Albert Goldberg, l’unique, le créateur de Façonnable. Il est de retour après 5 ans d’écart forcé, plus fort encore, avec sa nouvelle marque Albert.Arts.

Attention, il va falloir le prendre très au sérieux, je le fréquente depuis que j’ai l’age de 10 ans ( et oui! Tonton), ce passionné de foot est un fabuleux buteur, quand il monte une équipe, c’est pour gagner. Son créneau on le connait, la qualité et des coupes nobles dans le respect des traditions.
Cet inventeur de la chemise à la façon se montre à 69 ans sur les publicités, lui qui a toujours laissé ça de côté, (chacun son métier, petit, “moi, je fais des chemises”), son Albert.Arts, il l’a muri, pensé, consolidé, et puis avec lui, il emporte toute son histoire depuis la Rue paradis à Nice, avec le premier magasin de son père, puis avec son associé Jean Pierre, pour Façonnable. Aujourd’hui, c’est Alberts.Arts, c’est lui, il met son nom en lumière et croyez moi ce n’est pas pour rien.

J’aime ses histoires, j’aime cet homme quand il vous prend à part et que vous êtes dans sa confidence, parce que vous êtes de ses proches, Car Albert Goldberg se confie peu ou alors de manière détournée.

Je fais partie de son petit groupe, depuis très jeune d’ailleurs ( Olivvvvier dans les pieds), je ne le trahis pas lorsque je raconte cette petite anecdote que je trouve succulente:
“Mon père me disait: nous devons habiller les gens à leur façon, à leur style”
Quand il eut grandi, il lui rajoutait ” A leur façon, cela passe obligatoirement par l’art et la manière”
Cette fois, Albert Goldberg est arrivé à sa maturité, Albert.Arts peut naître, il va extraire de ses collections plusieurs générations de tailleur.
Vous avez dit “hermes” ?

1 Commentaire
  1. Posté par randa le

    print

RSS des commentaires