• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Olivier / 31.10.2007 / 1,978 Views /

Cette vidéo tournée il y a près de 9 mois et reprise sur Youtube était un signe avant coureur de ce qui devait se produire chez Merril Lynch. Comme quoi, il y a des signes qu’il faut savoir voir.

Reprennons le fil de l’histoire:
Stan O’Neal, 54 ans, est évincé de la direction de Merrill Lynch depuis hier. Son histoire est belle puisqu’il est le premier afro-américain, petit-fils d’un esclave libéré, à diriger une grande firme de Wall Street. ( bien sur d’autres afro américains dirigent certaines américaines mais n’ont pas le même parcours ).
M. O’Neal a commencé chez General Motors en Alabama chez General Motors où il remporté une bourse d’études pour Harvard. Havard lui ouvre la voie vers l’ascension et en 1986, il rejoint Merrill Lynch et prendra sa tête en 2002.
Il entreprend de changer la culture d’entreprise de la banque profondèment enracinée, dans le même temps qu’il cherche à réduire les coûts au moyen de licenciements massifs et le renforcement de l’exposition aux zones à plus forte marge tels que les prêts et les rachats de levier, les produits de base, dérivés et risqués, M. O’Neal a été en mesure de doubler les bénéfices de la banque avec en moyenne plus de 5 milliards $ chaque année entre 2003 et 2006.

En 2006, Merrill a engrangé 7 milliards de $ de profits , très belle performance, mais le “tu ne convoiteras pas le bien de ton prochain” a eu un effet nefaste pour le PDG de Merril Lynch. En effet celui ci est obnubilé par les profits de Goldman Sachs, la grande rivale . Dés lors, Stan O’Neal prend de plus en plus de risques dans sa quête du plus haut profit.

La crise des subprimes accompagné d’un management oligarchique ont eu vite raison de lui, la perte annoncée est cinglante $ 7,9 milliards de dollars la plus forte chute dans 93 ans d’histoire de la banque.
L’éviction du PDG n’empêchera pas la banque d’engranger d’autres pertes dues aux subprimes au moins pour les 2 trimestres prochains. Certains analystes prédisent que le groupe perdra plus 4 milliards de $ le prochain trimestre.

Alors Merril Lynch, fusion à prix décoté ou on repart de plus belle ?

Pas de commentaires
RSS des commentaires