• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Olivier / 14.05.2010 / 1,515 Views /

image-1

Les faits tout d’abord:

Sur une même semaine, à Rochefort, en Charente-Maritime.
Une bagarre se serait organisé à partir de Facebook mercredi 5 mai, en plein centre-ville.
Une centaine de jeunes se sont affrontés malgré la présence de la police.
C’est sur le réseau social que la querelle à l’origine de cette bagarre a vu le jour. Un simple commentaire laissé sur le profil Facebook de la petite amie d’un collégien  aurait déclenché cette escalade d’agressivité.

De l’autre, un apéro organisé toujours à partir de Facebook, qui tourne mal, un jeune homme de 21 ans, tombe d’un pont et se tue. Il avait 2,4 grammes d’alcool dans le sang

Tout de suite, c’est Facebook ( et les réseaux sociaux) qui  sont attaqués.

Les réseaux peuvent ils être mis en cause directement ?

Je ne le pense du moins directement.

Que l’on utilise le pouvoir de Facebook pour de merveilleux evenements comme les pires, c’est possible.

D’ailleurs, plusieurs mois auparavant, un large dossier du journal Libération sur le nouvel alcoolisme des jeunes avait attiré toute mon attention;

D’abord, cette nouvelle jeunesse est très souvent “en sourdine” avec elle même. 8 jeunes sur 10 arrivent à un rdv avec un casque de musique aux oreilles et souvent ne le quittent plus …..à chaque moment de “liberté”; car ce casque constitue leur liberté.
Secundo, leur mutisme déguisé en pseudo animations virtuelles ( jeux videos, rencontres virtuelles, chats et forums) accentuent un écart entre le virtuel où on peut se ” lâcher” et la vie commune réelle qui n’offre que la communication banale, pas vraiment rigolote à moins de la créer.

Tertio, les jeunes ont de plus en plus de mal à regarder le monde en face, même quand ils n’ont rien à faire, ils “smsent” ou “bbmsent” pour passer outre cette réalité.
Quartio, les ainés ne donnent pas le change, l’egoïsme, l’ego-centrisme ou l’individualisme ont pris largement  le pas, pas de modèle vers lequel une fierté pourrait éclore, on cherche l’authentique sans l’atteindre …..pire à chaque coup, où une personne commence à se distinguer, viendront ensuite la suspicion ou la rumeur.
Cinquo, tout va très vite et l’impatience entraine l’impatience, combien de fois ai je entendu dans la même conversation téléphonique des adolecents de 15 ans, “s’aimaient à la folie” pour se détester quelques instants plus tard.

Alors tout cela, entraine peut être des excès. Quand on est face à cette réalité qu’il faut affronter, il faut trouver un élixir qui ne fasse pas trop mal à priori, un verre c’est drôle !!( et pourtant!!!) en quête d’un “graal”, mot affreux tellement il claque dans la gorge……
Les affrontements, et cette envie là encore de trouver un moyen de se réunir toujours dans “l’extase”, ne pas faire les choses normalement mais plutôt vouloir dejà les finir pour pouvoir les raconter, les chatter ou les “forumer”. Les conséquences quand on est adolecent, on les sent pas à priori.
Ce post mérite plus, là aussi de temps et d’analyse, il est fortement incomplet, il faut lire les analyses des sociologues qui decortiquent les phénomènes, certains le disent bien, c’est pardfois passionnant, là aussi il faut fouiller prendre son temps …..pour comprendre  ……….

Le vrai point réside dans le modèle que l’on propose aux adolescents, Facebook n’y est pour rien, au contraire, si la société va bien , pensez alors aux merveilles que l’outil peut propager….

Pas de commentaires
RSS des commentaires