• Le flux RSS de Jam's Brain
Blog Jam's Brain / Olivier / 15.11.2012 / 2,914 Views /

image-3image-4

Notre époque a donc besoin de résurrection, c’est ce que j’aurai retenu du dernier James Bond, pour lequel je ne suis pas de l’avis général, puisque le film n’est pas bon.

Lacune au niveau de la mise en scène, lacune au niveau de la mécanique de la fluidité du scénario, je ne m’attendais pas à un Fellini ou de Hitchcok mais tout de même. Ce faux retour à l’authentique a quelque chose de navrant au final.

Il n’empêche, Les films de James Bond surfent sur la mentalité et s’entourent d’études sociologiques poussées avant d’élaborer leurs scénarios.  Nous sommes donc là au niveau du précipice, James Bond est presque mort mais revient………M est morte et ne reviendra pas, remplacé par un homme ( tiens,  tiens…), James Bond traité de vieux et presque bon (d) pour la casse, l’Asie en toile de fond avec ShangHaî comme ville la plus prométeuse de ce 21 eme siècle, siècle  qui aurait du mal à démarrer, mais c’est surtout ce besoin de renaître qui est donc le plus marquant.Jamais James Bond n’aura été autant au bout du rouleau pour malgré tout rebondir dans un effort ultime…..voire “surhumain”

Sujet de désapprobation est le nouveau livre de J Attali sur Diderot, je l’ai stoppé pour le moment à 90 % de ma lecture car je ne vois pas où l’auteur veut nous mener et je ne trouve pas à Diderot, une existence qui mérite que l’on en fasse une biographie de près de 500 pages, bravo pour son encyclopédie et le travail accompli mais l’homme, ses approximations, sa manière d’être absent quand il ne le faut pas, sa non reconnaissance vis à vis de ses proches ainsi que sa façon de les tromper ne font pas de lui une personne que l’on admire. En fait d’approximations, l’homme aura choisi de vivre ses livres et aura trouvé du devoir de finir son oeuvre pour excuser ses manques et ses mensonges.

Il fait donc partie de la masse approximative et ne mérite pas selon moi, une biographie si fournie.

Pourquoi rapprocher James Bond et Diderot ? quel rapport me direz vous ?

James Bond, ce devrait être le film décontractant par excellence mais aussi celui qui touche ( qui est étudié pour cela) le public dans son inconscient; résultat de ce qui se cache derrière le film, nous serions pratiquement dans un état de dépression plus ou moins prononcée, avec comme consolation boisson et drogue pour s’en sortir! beau programme ( je force le trait mais on n’est pas loin)

Beau programme aussi que ce héros du début du 21ème siècle. L’antidote c est renaître, donc recommencer sa vie tout en retournant aux valeurs de l’enfance et/ ou de l’authenticité …….mouais…..partir mais pas complètement jusque la cassure finale …..faire tout sauter…..(tiens tiens là aussi regardez les evènements des térroristes qui auraient révé d’être des héros à travers les journaux de ces derniers mois )?

Pour Diderot, “héros approximatif “, nous avons là aussi un problème d’évaluation de l’existence à savoir: est ce que le travail d’une vie ( immense travail d’avoir produit ces différents tomes d’encyclopédie) mérite un scénario de vie approximatif, variable et somme toute assez ennuyeux ? à moins que là aussi l’auteur réputé pour déceler les tendances,  se retrouve dans ce pachyderme d’existence ?

Vous l’aurez compris, plus que les posts précédents, Jamsbrain est convaincu que notre Monde ne va pas durer dans cet entre 2 encore longtemps. Dichotomie entre les événements qui foncent à la vitesse du son et ceux de nos pertes de nuances.

Pourvu que les éveillés gagnent la bataille.

Pas de commentaires
RSS des commentaires